Faisons le point sur l’aménagement de pistes agricoles

Depuis quelques années, les produits agricoles sont touchés par une augmentation de prix. Face à cela, il y a également la situation d’accroissement démographique à l’échelle mondiale. Tout cela donne de l’importance à la maîtrise des terres cultivables, qui va donc devenir un placement indispensable. Voyons plus de détail dans cet article.

L’aménagement de pistes agricoles, pourquoi est-ce nécessaire ?

Les récentes flambées des coûts de produits agraires, en 2008 et en 2011, ainsi que leur médiatisation divulguent des tensions sur les provisions et laissent prédire une époque où la maîtrise des terres arables va devenir un placementindispensable. Dans une situation de poursuite de l’accroissement démographique, la sécurité alimentaire présente un défi important de ce siècle, au cœur des droits humains élémentaires. Les vingt-cinq (25) dernières années ont conduit à uneamplificationnotable du secteur agricole dans le cas des pays comme l’Inde et la Chine, tous les pays n’étant pas sur un pied d’égalité, à propos de ce sujet.Depuis 1990, l’Afrique, par exemple, contrairement à l’Asie, n’apu diminuerle nombre de ses sous-alimentés, aussi bienen valeur relative qu’en valeur absolue.

De nouveaux besoins qui se sont faits ressentir

La croissance véloce des pays émergents fait apparaître de nouveaux modes d’alimentation, de nouvelles nécessitées, conduisant à une croissance en consommation de produits carnés, par exemple, ce qui augmente la poussée sur les ressources. Face à ces défis, l’aménagement depistes agricoles peuvent faire l’objet d’alliances multiples et sans frontières. D’ailleurs, les fronts pionniers s’intensifientet se répandent, sans que leurs buts soient seulement alimentaires. Pour beaucoup de pays confrontés à une insuffisance de ressources foncières, la prospection de nouvelles méthodes de sécurité alimentaire se prescrit comme une priorité d’action économique et politique et la conquête ou l’accroissement de terres agricoles peut se présenter comme étant un enjeu important. Cependant, les questions qui se posent sont les suivantes : à l’échelle mondiale, quelles sont les disponibilités en terres cultivables? Quelles sont les méthodes spatiales des investisseurs, privés et publics, s’intéressant aux terres agricoles « inoccupées » ?

Le potentiel des terres cultivables à travers le monde

Un recueil naissant d’Agreste (datant de 2010) repose sur l’étude de trois (03) bases de données liées à l’étendue des terres à usage agraire, que cet usage soit tangible ou éventuel, dans les grandes régions ainsi que dans le monde. En dépit de leurs dissemblances et de leurs incertitudes inéluctables, ces bases montrent que les surfaces de terres employables en culture pluviale (sans nécessité d’irrigation) et pas encore cultivées sont très larges à l’échelle mondiale, notamment en Afrique subsaharienne et en Amérique du Sud. Par contre, cette ressource apparaît rarissime, voire épuisée, en Asie et au Moyen-Orient. À l’échelle mondiale, les surfaces des terres pouvant être utilisées en culture pluviale seraient amplement supérieures à celles essentielles à l’assurance des conditions de sécurité alimentaire acceptables pour l’humanité entière et un certain déploiement des cultures pour les agro-carburants.