L’importance des routes forestières pour tous

L’aménagement de routes forestières pose pas mal de problèmes dans les opérations de récolte du bois. En effet, une bonne part de l’érosion du sol provenant de ces opérations est souvent imputable à cause, entre autres, d’une mauvaise construction et d’un entretien. Faisons alors le point sur ce type d’activité.

Pourquoi installer des routes forestières ?

Les routes forestières sont des ouvrages d’art complexes qui jouent un rôle important en matière d’accès aux forêts et en matière de transport. Tout d’abord, l’aménagement de routes forestières et le terrassement doivent garantir un accès commode et peu coûteux à la forêt aux fins de transport de produits, de conservation, tout en servant les intérêts des communautés locales. Ensuite ce type de projet vise à réduire au minimum l’érosion des sols provenant des travaux routiers et à restreindre la sédimentation dans les cours d’eau. Les chemins forestiers consistent également à tirer parti des systèmes de drainage naturels et permettent d’éviter de traverser des lieux à vocation touristique, religieuse, culturelle ou encore des zones ou la circulation risquerait de perturber les populations autochtones ou la faune. Enfin, ils assurent la sécurité du grand public et des travailleurs qui seront amenés à circuler sur ces voies ou qui pourraient pâtir de cette circulation.

L’entretien des routes forestières

La conception des chemins forestiers doit être réalisée par des ingénieurs qualifiés qui comprennent la nécessité de déranger le moins possible les sols, de réduire au minimum le franchissement d’eau et d’assurer un drainage convenablement. L’aménagement de routes forestières et le terrassement nécessitent la supervision des ingénieurs et doivent être accomplis par des équipes spécialement formées dans le métier pour éviter de nombreuses conséquences. Une construction inadéquate peut provoquer un rehaussement de frais de construction, de transport et d’entretien. Si la longévité des routes est faible, le responsable sera obligé de construire à nouveau. Par ailleurs, un entretien inadéquat peut aussi engendrer une augmentation des risques de glissement de terrain sur les pentes raides, avec les répercussions que cela peut avoir sur les cours d’eau, l’infrastructure et les modes d’utilisation des sols.

Comment réussir à construire des routes forestières ?

Pour construire des routes forestières, vous devez réduire au minimum la longueur totale des chemins. Cela permet de limiter l’érosion mais aussi d’arracher le moins possible de forêt et d’optimiser la rentabilité en diminuant leur coût d’entretien et de construction. Puis, dans une zone forestière donnée, les opérations de débardage par trainage nécessitent un réseau routier deux à trois fois plus long que les opérations de récolte menées au moyen de porteurs, utilisés dans les mêmes conditions. Vous devez réduire la superficie totale de la zone perturbée par la présence des chemins forestiers. Ensuite, évitez les zones à sols humides car l’aménagement de routes forestières dans ses zones s’avère coûteux. Il vaut mieux construire les chemins forestiers pendant la saison sèche et attendre que la saison des pluies s’arrête avant d’y faire circuler des engins lourds. Pour cela, vous devez bâtir de solides fondations avec des matériaux locaux adéquats et verser une couche de gravier sur la surface de roulement des principales routes forestières. N’oubliez pas d’aménager des drainages transversaux et des fossés latéraux convenablement espacés pour faciliter l’évacuation de l’eau dans la végétation environnante.