La construction de routes, un facteur de développement

Aujourd’hui, la part de la route dans le transport des personnes et des marchandises est prépondérante. En effet, elle reste le mode de transport privilégié aussi bien pour les personnes que pour les biens. De ce fait, la construction de routes ne doit, en aucun cas, être minimisée car elle facilite les déplacements et les échanges commerciaux.

Pourquoi la construction de routes est-elle  importante ?

Les routes jouent un rôle important dans le développement socio-économique d’un pays. D’abord, les routes urbaines permettent non seulement de réduire le coût de la vie et de diminuer les accidents mais elles favorisent aussi la fluidité des activités économiques. Les routes rurales, elles, permettent d’abord de désenclaver les zones de production en améliorant l’écoulement des marchandises vers les villes, réduisant ainsi les coûts de transport. Ensuite elles améliorent l’accès aux marchés des produits agricoles tout en améliorant l’accessibilité aux services de base comme les écoles, les services de santé… Enfin, en ce qui concerne les routes internationales, bien construites, elles permettent le développement des échanges commerciaux et la réduction des coûts de transport. Ainsi, la construction de routes est importante car un réseau routier bien construit et bien entretenu peut avoir un impact direct sur la croissance économique d’un pays.

Les étapes de la construction de routes

La construction de routes est très complexe. En effet, les travaux commencent même avant l’arrivée de l’équipement lourd sur le chantier de construction. La première étape est la planification et la consultation publique qui dure entre 6 à 12 mois, voire plus. En tenant compte des préoccupations environnementales, techniques, sociales et économiques, la Direction de la planification et de la gestion des terrains du Ministère des Transports et de l’infrastructure choisit d’abord  le terrain idéal pour la construction de routes. Pour ce faire, la Direction dresse une carte détaillée, compile et analyse les informations sur les contraintes relatives à l’environnement, à la géographie et à la circulation. Le Ministère organise, par la suite, une réunion publique dans le but de recueillir les points de vue des gens touchés par le projet (ceux qui habitent aux alentours). Puis, le terrain choisi sera enregistré auprès du Ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux et tout de suite après l’étape suivante qui est le processus provincial d’étude d’impact sur l’environnement commence. La ligne médiane de la route est arpentée dans cette étape. Les concepteurs utilisent cette information pour créer les dessins préliminaires et la superficie de terrain requise. Ensuite, il y a le tracé et l’achat de terrain. Une fois tous les agréments obtenus, la Direction du tracé des routes du Ministère utilise les plans fonctionnels pour effectuer un levé détaillé et le tracé. Les devis de la construction de routes sont alors établis.

Autres étapes de la construction de routes

L’étape suivante est le nivellement. Il consiste à mettre en place les panneaux de construction pour aviser les automobilistes, à installer des clôtures anti-érosion et des ouvrages de contrôle de l’érosion autour des cours d’eau, et à abattre les arbres qui peuvent perturber le terrain. Au fur et à mesure de la construction de routes, les couches de sol et de pierres sont compactées par l’équipement pour assurer la solidité de la chaussée. Il y a, par la suite, la pose d’une couche de terre végétale sur les pentes. Après, la route est prête à être asphaltée. Puis, il y a la mise en place des ouvrages qui servent à maintenir la circulation sur les routes, les cours d’eau ou les voies ferrées. La dernière étape de la construction de routes est la mise en place de l’asphaltage, de la signalisation et de l’éclairage.  L’asphalte est un mélange de sable, de pierres et de ciment d’asphalte. Le Ministère des Transports et de l’infrastructure l’utilise pour couvrir la chaussée. L’asphalte est posé sur la chaussée et compacté afin de créer une surface lisse et dense pour la circulation. La chaussé doit cependant être en pente pour que l’eau s’écoule de la route. Une fois ce dernier posé et que le câblage électrique pour les lumières et les panneaux installés, la route peut être ouverte à la circulation.