prime énergie

Afin de faciliter la transition énergétique, le gouvernement a mis en place un certain nombre d’aides et de dispositifs visant à inciter les Français à rénover leurs bâtiments. Parmi ces dispositifs, on peut citer celui des certificats d’économies d’énergie (CEE) dont découle la prime énergie. On vous explique tout au fil de cet article.

Quels sont les avantages de se faire aider pour rénover son logement ?

Les avantages des aides financières telles que la prime de rénovation énergétique des CEE sont nombreux lorsque l’on souhaite rénover son habitation :

  • ·        A la clé, moins de reste à charge. Cela signifie que la portion du coût des travaux qui reste à payer de sa poche est moindre !
  • ·        La prime énergie concerne des travaux à fort impact sur la qualité du système de chauffage, de production d’eau chaude sanitaire ou encore de l’isolation thermique du bâtiment. Elle permet donc de réaliser d’importantes économies d’énergie à long terme et de réduire le montant des factures énergétiques.
  • ·        Un bâtiment rénové grâce à ce dispositif est aussi plus vertueux pour l’environnement : il consomme moins de gaz à effet de serre et dispose donc d’une empreinte environnementale moins importante.
  • ·        Les occupants bénéficient d’un meilleur confort thermique à l’issue des travaux, que ce soit en été ou en hiver.
  • ·        Le logement ainsi rénové est valorisé sur le marché immobilier, grâce à une étiquette énergétique plus élevée. Cela signifie qu’en tant que propriétaire, vous disposez de meilleures opportunités pour le vendre ou le louer.

Mais qu’est-ce que c’est, la prime énergie ?

La prime énergie est versée par les « obligés » du dispositif des CEE que sont les grands distributeurs et les fournisseurs d’énergie. Ces derniers poursuivent des objectifs de diminution de la consommation énergétique et des émissions de gaz à effet de serre sur l’ensemble du territoire. Et pour atteindre ces objectifs, ils ont un rôle actif à jouer afin d’inciter les consommateurs finaux à rénover leurs bâtiments.

Ces consommateurs finaux peuvent aussi bien être des particuliers que des entreprises, tous éligibles à la prime CEE. Cette dernière est versée à l’issue des travaux, sous différentes formes selon l’obligé : chèque à encaisser, montant perçu sur une carte de fidélité…

A noter que la prime énergie est cumulable avec d’autres aides financières, telles que le dispositif MaPrimeRénov’ mis en place par l’Etat. Ainsi, en cumulant ces deux subventions, il est possible de financer jusqu’à 90% du montant des travaux. Les 10% restants peuvent quant à eux être complétés par d’autres solutions telles que certaines aides locales, ou la souscription à un éco-prêt à taux zéro, par exemple.

Quels sont les travaux éligibles à cette aide financière ?

Comme évoqué plus haut, la prime énergie concerne des travaux de rénovation énergétique permettant de réduire sensiblement la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre. Ces travaux sont spécifiés au sein d’un ensemble de fiches d’opérations standardisées. Plusieurs catégories d’interventions sont concernées :

  • ·        L’isolation thermique de la toiture, des murs, des planchers bas et le remplacement des fenêtres. Pour l’Anah (agence nationale de l’habitat), les déperditions thermiques sont l’une des raisons principales de surconsommation !
  • ·        Le remplacement d’un ancien système de chauffage et/ou de production d’eau chaude sanitaire par un appareil plus performants et respectueux de l’environnement tel qu’une chaudière à condensation, une chaudière biomasse, un chauffe-eau solaire individuel, un système solaire combiné…
  • ·        La mise en place d’un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC) tel que la VMC simple flux ou la VMC double flux.
  • ·        L’installation de systèmes de régulation thermique permettant d’optimiser la consommation d’énergie, à l’image des sondes de températures extérieures ou des robinets thermostatique.